Conseils

Femme enceinte: quelles sont les indications et les contre-indications à la consultation ostéopathique pendant la grossesse ?

Vous souffrez de maux durant votre grossesse et vous ne savez pas si ils sont du ressort de l’ostéopathie ?
Voici une rapide hiérarchisation (non exhaustive) entre les plaintes qui doivent vous motiver à appeler votre ostéopathe, et celles nécessitant une prise en charge médicale.

La consultation médicale doit se faire:

Pour d’éventuels examens complémentaires aux urgences de l’hôpital, ou par votre gynécologue ou votre sage-femme.

  • En cas de traumatisme (Accident de la Voie Publique, chute,…) sur le ventre ou non,
  • En cas de contractions,
  • En cas de saignements et autres pertes de liquides,
  • En cas de fièvre (> 38°C) et/ou vomissements répétés,
  • En cas de maux de têtes,
  • En cas d’absence partielle (nette diminution) ou totale des mouvements de votre bébé.

En aucun cas vous ne devez consulter votre ostéopathe en première intention devant ces signes, quelque soit votre terme de grossesse.

La consultation ostéopathique, quant à elle, peut être motivée par:

  • Des douleurs de dos ou dans les fesses, articulaires ou musculaires,
  • Des sensations de décharges dans les jambes (sciatiques),
  • Des sensations de jambes lourdes, ou des jambes gonflées,
  • Une sensation d’essoufflement,
  • Des maux de tête apparus progressivement,
  • Des plaintes abdominales: acidité, brûlures, ballonnements, constipation, hémorroïdes et autres troubles fonctionnels de la digestion,…

En effet, face aux changements apportés par l’imprégnation hormonale et au développement de l’utérus gravide, l’ostéopathe agira en redonnant un maximum de mobilité aux structures ostéo-articulaires, ainsi qu’aux éléments contenus dans l’abdomen les uns par rapport aux autres.

En savoir plus sur l’ostéopathie et la grossesse


En plus de tous ces champs d’action pour faciliter le quotidien de la femme enceinte, l’ostéopathie est une bonne préparation à l’accouchement imminent en fin de grossesse, en donnant un maximum de mobilité à l’utérus et au bassin. Pour cela il vous faut consulter idéalement 1,5 mois avant votre terme prévu.

Besoin d’un rendez-vous d’ostéopathie rapide sur Paris ? Prenez rendez-vous directement en ligne

L’ostéopathie fait-elle mal ?

Si la majorité des patients consultent alors qu’ils se plaignent d’une douleur, l’ostéopathe va examiner des niveaux du corps non douloureux (ce qui peut parfois paraître curieux: « pourquoi l’ostéopathe traite mon pied alors que j’ai mal au dos ? ») mais il est normal et même attendu que cet ostéopathe aille traiter précisément la zone algique ; cela fait-il mal ?

Bibliothèque François Mitterrand Tolbiac Place dItalie

Certaines techniques (comme les mobilisations viscérales, des ponçages musculaires ou autre travail cicatriciel) peuvent être inconfortables pour certains patients, mais même la simple position allongée peut-être intenable chez quelqu’un souffrant d’un lumbago, car évidemment la douleur est une donnée subjective. Il vous incombe donc d’informer votre ostéopathe dès que sa palpation vous est douloureuse, car certaines techniques peuvent être confortables pour les uns mais moins pour d’autres. En ce qui concerne ma pratique, ostéopathe D.O à Olympiades – Paris 13ème, je reviens donc régulièrement vers mes patients afin de m’assurer de leur bien-être sur la table.


Quoi qu’il en soit, pour traiter les défauts de mobilité l’ostéopathie possède un large panel de technicités, afin de s’adapter à chaque ressenti et à chaque patient, comme décrit ici.


Ainsi, à l’exception de certaines techniques qui doivent être amenées avec tact (et jamais exécutées sans votre aval), l’ostéopathie ne doit pas faire mal lorsqu’elle est bien exécutée, même lors du traitement des niveaux douloureux. J’attire notamment votre attention sur le fameux « craquement » des articulations, qui bien que parfois surprenant de par le son émis (qui ne juge pas de l’efficacité de la manipulation: « A quoi correspond le craquement des articulations ? »), n’est absolument pas douloureux ni dangereux !

L’ostéopathie est reconnue par l’Etat et sa pratique est encadrée par les autorités compétentes: seuls les professionnels reconnus sont habilités à la pratiquer: comment choisir un bon ostéopathe ?

Besoin d’un rendez-vous d’ostéopathie rapide sur Paris ? Prenez rendez-vous directement en ligne

Sur quels critères choisir un bon ostéopathe ?

Sur quels critères choisir un bon ostéopathe ? Grande question !

Sachez qu’il est préférable d’avoir affaire à un ostéopathe exclusif, c’est à dire qui pratique uniquement l’ostéopathie dans son cabinet. L’image du kinésithérapeute ou du médecin spécialisé en ostéopathie est parfois rassurante, elle n’est cependant pas forcément gage de qualité: l’ostéopathe exclusif possède généralement une meilleure habileté palpatoire à la sortie de ses études (il exerce ses mains à temps plein durant 5 ans d’études).

De plus, notez que les consultations d’ostéopathie réglées sous forme de consultations médicales ou de kiné, sont remboursées par la SECU mais sont interdites par la loi.


Le travail de l’ostéopathe exclusif se montre très efficace et sans risque si ce-dernier a reçu une formation sérieuse, pour cela il est indispensable de vérifier qu’il possède le label « D.O. » derrière son titre d’ostéopathe. Veillez également à ce qu’il soit enregistré au sein de son Agence Régionale de Santé (ARS), possédant ainsi un numéro ADELI.


Mais l’ostéopathie proposant une approche originale et globale, le choix d’un ostéopathe dépendra surtout de vos attentes. Pour cela, le meilleur moyen d’informations reste le bouche à oreille ; ou la tenue d’un site par l’ostéopathe: exposant ainsi sa vision, sa pratique.

Attention toutefois aux ostéopathes « spécialisés » dans un domaine particulier: en général, les bons ostéopathes savent au contraire profiter d’un large panel de technicités pour s’adapter au mieux à chaque plainte et à chaque patient.

Cabinet ostéopathie Olympiades - Paris 13

Prenez rendez-vous chez votre ostéopathe

A quoi correspond le craquement des articulations ?

Souvent perçu comme le signe d’efficacité d’une technique, parfois appréhendé (et quelques fois à juste titre suite à des manipulations brutales de thérapeutes non compétents), qu’il soit exigé ou refusé, à quoi correspond le craquement d’une articulation ?

Physiologiquement, le « crack » produit par le mouvement d’une articulation vient du fait qu’elle est constituée d’un espace liquide inextensible, la cavité synoviale. Lors de l’étirement contraint de cette cavité, la diminution puis l’augmentation de la pression va concentrer le gaz dissout dans le liquide synovial en une bulle d’air qui va soudainement « éclater » :


« Quand nous tirons sur une articulation synoviale, la pression du liquide diminue, car ce dernier occupe soudainement un plus gros volume. Ce liquide s’évapore et une bulle gazeuse apparaît lorsqu’une certaine pression est atteinte.

A ce moment, les surfaces articulaires opposées se séparent brusquement jusqu’à la limite imposée par la capsule articulaire. Lorsque les deux surfaces articulaires sont séparées, la pression dans l’articulation excède celle de la bulle gazeuse qui est alors aplatie et produit un bruit de craquement.

L’écrasement de la bulle (la mise à plat) forme de nombreuses bulles plus petites qui reviennent graduellement en solution. L’articulation ne pourra produire aucun autre craquement avant que les bulles ne disparaissent et que le gaz soit complètement dissous, soit une durée d’environ 20 à 30 minutes. »

« Principes d’Anatomie et de Physiologie », Tortora/Grabowski, Deuxième Edition Française, DeBoeck Université 1994


 

Associé à ce phénomène de « cavitation » créant le bruit articulaire, l’augmentation de l’espace articulaire de repos va garantir une plus grande amplitude immédiatement après le craquement, et ce jusqu’à la totale réabsorption des bulles de gaz dans le liquide synovial, offrant une sensation de meilleure mobilité et de confort pendant 20 à 30 minutes.

Pourquoi l’ostéopathe fait-il craquer : quel est le but du craquement en ostéopathie ?

Bien que le bruit articulaire d’un « auto-craquement » soit le même que celui des manipulations ostéopathiques, ces manipulations n’ont pas du tout le même enjeu. Tout le monde a déjà fait l’expérience du craquement des doigts : il y a ceux « qui se font craquer » par habitude, et ceux qui ne supportent pas de les entendre ; mais est-ce dangereux, notamment pour les articulations ?

L’inquiétude d’une atteinte des cartilages, comme de l’arthrose, due aux craquements répétés est infondée : il n’existe aucun risque pour les articulations, si ce n’est de leur donner de plus en plus de laxité (donc potentiellement de moins bien les protéger)… Et de donner envie de continuer de se faire craquer par automatisme, énervant votre voisinage !

Le principal risque réside en fait dans les craquements (du dos) avec des grands bras de levier, en se tordant à l’aide du poids de vos jambes ou de votre buste, vous risquez un jour de mal jauger les forces que vous exercez sur vos articulations, et de dépasser leur mobilité physiologique, entrainant ainsi un spasme musculaire… Certes bénin, mais vous aurez gagné un bon mal de dos !


Comme pour ouvrir une vieille fenêtre, l’ostéopathe a le choix entre mobiliser rapidement l’articulation dans le sens de son verrouillage (tirer la fenêtre vers soi), ou bien rentrer dans le mouvement contraint, pour trouver une fine voie de passage afin de restaurer l’amplitude normale de l’articulation (jouer plus lentement sur le jeu que peut offrir la poignée de la fenêtre !).


L’ostéopathie comporte de nombreuses techniques visant toutes à redonner de la mobilité aux différentes articulations. Les techniques structurelles d’HVBA consistent à effectuer une mobilisation en Haute Vélocité Basse Amplitude de deux segments articulaires, soit des manipulations rapides en respectant les limites physiologiques des articulations ; ces techniques sont indolores quand elles sont bien effectuées !

Lors d’une manipulation contre le mouvement verrouillé d’une articulation, le jeu de pression exercé sur la cavité articulaire (par exemple entre deux vertèbres) va écraser la bulle d’air créée de la même manière que le fait d’appuyer sur ses doigts. Mais alors que l’augmentation de l’amplitude des articulations est donc transitoire lors des auto-craquements, la manipulation ostéopathique a pour but de « surprendre » la boucle d’information neuromusculaire par l’étirement brusque des fibres musculaires, afin de réétalonner pour de bon la position de repos de l’articulation (shunter ainsi le réflexe existant entre informations de sensitivité et réponse motrice, qui maintenait jusqu’alors l’articulation dans sa restriction de mobilité).

Doctolib ostéopathe Paris 13

Prise de rendez-vous en ligne ostéopathe

Le but de la technique structurelle ostéopathique en « trust » n’est donc pas le craquement en soit : elle vise à corriger durablement un défaut de mobilité par son impact sur le pilotage des muscles contrôlant la mobilité des articulations. Elle ne doit jamais faire mal, n’hésitez pas à parler de vos appréhensions à votre ostéopathe afin qu’il s’adapte à vos attentes, comme s’efforce de le faire Nicolas Blaise – Ostéopathe D.O à Olympiades Paris XIII.

Besoin d’un rendez-vous d’ostéopathie rapide sur Paris ? Prenez rendez-vous directement en ligne

A quoi correspond le « D.O. » des ostéopathes ?

Nombreux sont les passants et les patients intrigués par l’ajout de deux lettres, « D.O. », derrière le titre d’ostéopathe (sur une plaque professionnelle par exemple).

Ce label, « ostéopathe D.O. », atteste la validation de trois cycles d’études d’ostéopathie (un cursus de 5 ans à temps plein).


Il est le référentiel de formation préconisé par les organismes professionnels Français et Européens et par l’Organisation Mondiale de la Santé.


Sa délivrance a fait suite à une épreuve de compétences cliniques et thérapeutiques (le « clinicat » : mise en condition d’une consultation devant un jury médical pluridisciplinaire) ainsi qu’a une soutenance de mémoire.

J’ai pour ma part soutenu mes travaux de recherches devant un jury international, le Federal European Register of Osteopathy (FERO) dont j’ai obtenu le 2ème prix du jury.

Besoin d’un rendez-vous d’ostéopathie rapide sur Paris ? Prenez rendez-vous directement en ligne

Révision des agréments des écoles ostéopathiques françaises le 8 juillet 2015

Face à de nombreux ostéopathes issus de formations très différentes en France, et après avoir laissé cette profession longtemps sans statut, la loi du 4 mars 2002 « relative aux droits des malades » et ses décrets d’application en mars 2007 reconnaissent le titre d’ « ostéopathe » (très tardivement par rapport à bon nombre de nos voisins européens), et imposent à cette profession de la santé de premières normes de formation et d’exercice professionnel. Mais quarante et une écoles obtiennent alors leur agrément, un chiffre élevé (par rapport aux vingt et une établissements « labélisées » aux Etats-Unis ou aux six écoles de Grande-Bretagne) qui malgré une reconnaissance sociale affirmée, laisse médecins et patients dans le flou.


Il aura fallu attendre le 8 juillet 2015 et deux nouveaux décrets, pour une harmonisation et un renforcement de l’encadrement de la formation aux compétences spécifiques de l’ostéopathe.


Le renouvellement des agréments auprès de l’état amène alors l’élection de seules 23 écoles reconnues en France, dont celle de formation de Nicolas Blaise, où il encadre actuellement les étudiants dans leur pratique clinique : l’Institut Dauphine d’Ostéopathie (IDO) – Paris V.

Besoin d’un rendez-vous d’ostéopathie rapide sur Paris ? Prenez rendez-vous directement en ligne